ACTION

INTERNATIONAL

BOLIVIE - Le centre Minka : un nouveau départ pour les adolescentes victimes de violences

26-Mar-2018
DonnerPlus d'info

D’après l’Organisation panaméricaine de la Santé, la Bolivie peut être qualifiée de « pire pays d’Amérique latine » pour les femmes : 7 Boliviennes sur 10 ont en effet souffert de violences au cours de leur vie.

Dans la banlieue ouest de la capitale, La Paz, El Alto constitue l’une des villes les plus pauvres du pays avec une population de près d’un million d'habitants. C’est ici que l’association Enda El Alto a ouvert en 2010 le centre thérapeutique Minka, un espace transitoire conçu pour accueillir et prendre en charge des petites filles et adolescentes victimes de violences physiques, psychologiques et sexuelles. Les filles sont transférées dans le centre par les Defensorías de la Niñez y Adolescencia (organisme public chargé de la protection des mineurs). Avec une capacité d’accueil de 30 places, le centre Minka reçoit chaque jour des jeunes filles de 6 à 18 ans.

La méthodologie de Minka se fonde d’abord sur une approche thérapeutique – basée sur le processus de la résilience – mais propose en parallèle une prise en charge intégrale de chaque jeune fille : nourriture, hébergement, éducation, santé et activités récréatives. Le centre Minka mobilise une équipe pluridisciplinaire composée d’une psychologue, d’une assistante sociale, d’une nutritionniste, d’un juriste, de formateurs techniques pour apporter un aide globale à chaque jeune fille en fonction de ses besoins spécifiques.

Minka est né de la volonté d’intervenir bien en amont de la situation de rue. L’association a en effet démontré que dans 90% des cas, c’est la violence subie au sein du foyer qui pousse les jeunes filles à fuir et à vivre dans la rue.

L’association Bolivienda – des Alpes aux Andes est partenaire d’Enda El Alto depuis 2011. Elle mobilise toutes ses ressources pour mener à bien des programmes, tels que le centre Minka.

La Fondation ELLE a souhaité apporter son soutien à Bolivienda et permettre à des jeunes filles de prendre le temps de se reconstruire et de se préparer un avenir.

  • Partager: