ACTION

INTERNATIONAL

ETHIOPIE : Pour en finir avec l’excision et le mariage précoce des petites filles afars

22-Jun-2016
DonnerPlus d'info

Au nord-est de l’Ethiopie, la région Afar est restée en marge de tout développement.

Sa population semi-nomade tente de survivre dans cette zone aride où il manque de tout : eau, nourriture, écoles, hôpitaux…

Dans cet immense territoire d’environ 100 000 km2, les filles sont les premières victimes de la pauvreté.

Rarement scolarisées, elles sont vouées à de multiples corvées quotidiennes en attente d’être mariées. Des coutumes, comme l’excision et les mariages précoces, les maintiennent dans des situations d’extrême vulnérabilité. Selon l’UNICEF, les principales causes de mortalité chez les jeunes femmes sont dues à des grossesses précoces. Le bébé d’une mère de moins de 18 ans aurait même 60% de risques en plus de mourir durant sa première année.

A Gawani, sur l’unique route qui relie la capitale Addis-Abeba à Djibouti, des femmes afars se sont réunies au sein de l’association Gamissa pour lutter contre ces pratiques, en expliquant aux habitants leurs conséquences désastreuses sur la santé des filles et de leurs futurs enfants.

Au milieu des années 2000, les femmes de Gamissa ont demandé de l’aide au mouvement féministe français Femmes Solidaires. L’association a alors mis en place un système de soutien aux familles en échange de la scolarisation de leurs filles – 90 d’entre elles ont ainsi pu aller à l’école. Et, grâce à un incroyable travail de sensibilisation, 850 fillettes ont été soustraites à l’excision et à d’autres mutilations génitales, faisant ainsi quasiment disparaître ces coutumes de la région.

En 2016, la Fondation ELLE s’engage aux côtés de Femmes Solidaires et de Gamissa en soutenant l’ouverture d’un internat qui permettra à 30 jeunes filles de poursuivre leurs études au-delà du primaire, et d’échapper ainsi au mariage, souvent célébré vers l’âge de 12 ans.

La Fondation ELLE a choisi de soutenir ce projet parce qu’il est mené en faveur de petites filles afars, premières de leur génération à fréquenter le collège, mais aussi parce que l’association Femmes Solidaires met à disposition de leurs mamans un lieu de formation et de vente pour leur donner les moyens de leur émancipation, et poursuivre l’élan initié par les femmes pionnières de Gamissa.

  • Partager:

ACTION EN LIEN

Ethiopie : « L’école m’a sauvée du mariage »

Dans la région Afar, au nord est de l’Ethiopie, 40% des filles sont mariées avant leur 18 ème anniversaire. Pour elles, le destin est tout tracé. Elles deviendront mères avant d’avoir elles-mêmes quitté l’enfance et seront vouées à de multiples corvées domestiques. A Gawani, entre …