ACTUALITÉ

  • home
  • NIGER – L'espoir …

NIGER – L'espoir retrouvé de Mariama

  • 30-Aug-2018

Dans le sud du Niger, l’association APPUIS scolarise vingt jeunes filles, originaires de villages isolés, en les accueillant dans un internat à Niamey.

Mariama, 24 ans, est l’une de ces pensionnaires.

Si, aujourd’hui, elle va à l’école en riant, cela n’a pas toujours été le cas. Petite, Mariama avait été confiée à sa tante, qui l’obligeait à faire toutes sortes de tâches ménagères, et la battait si le travail n’était pas fait.

Au décès de sa tante, Mariama est envoyée au pensionnat à Tamou, dans le sud du pays. Elle a 14 ans. Au collège, son petit ami la viole à plusieurs reprises. Enceinte, Mariama ne peut plus rester à l’école. Il est convenu que le bébé, Ibrahim, sera élevé par sa mère. Mais son père refuse de lui parler. « Il ne cautionnait pas la naissance de ce petit. Il pensait que c’était de ma faute, je ne lui avais jamais dit que j’avais été violée », explique Mariama.

Il la force à épouser un inconnu, qui habite à plusieurs dizaines de kilomètres de la famille. Un nouvel enfant naît de cette union. Il s’appelle Ousma. Six mois après sa naissance, Mariama fait de nouveau face à la violence. Son mari la bat au point qu’elle se retrouve un jour, inconsciente, à l’hôpital. « C’était en janvier 2013 », se souvient-elle. Ses blessures sont si graves qu’elle y restera trois jours. Personne ne sait ce qui lui est arrivé. Mariama va tenter l’impossible : s’enfuir avec son fils.

Elle marche huit heures à travers le désert, sans boire ni manger, avant de faire du stop jusqu’au domicile de ses parents. « Quand je suis arrivée à la maison, tout le monde pleurait », raconte-t-elle. « J’étais sauvée. Ce jour-là, mon père m’a de nouveau adressé la parole. »

Mariama séjourne dans un dispensaire pour qu’elle et son fils soient correctement soignés. Quand son mari se présente pour la ramener « à la maison », son père intervient, enfin. Mariama et Ousma ne repartiront pas. Le divorce est prononcé quelque temps après.

Une fois guérie, Mariama reprend le chemin de l’école avec la bénédiction de son père. Deux ans plus tard, elle obtient le brevet des collèges. C’est à ce moment-là qu’elle rencontre Denise Bousquet, présidente de l’association APPUIS.

Mariama est enrôlée dans le programme de parrainage de l’association APPUIS. Elle y suit des études de santé à Niamey, pour devenir infirmière.

« Je veux aider les gens, mes enfants, ma famille », déclare-t-elle.

« Quand je suis rentrée à la maison après m’être enfuie, je ne parlais plus, je ne souriais plus. J’avais changé, j’étais détruite. Je ne sais pas ce que je serais devenue sans l’association APPUIS. »

Malgré tout ce qu’elle a enduré, Mariama essaie chaque jour de se reconstruire.

La Fondation ELLE soutient depuis 2016 le travail d’APPUIS, qui permet à des jeunes filles de poursuivre leur scolarisation loin de leur village, en toute sécurité.

Constance Vital Durand

  • Partager:

ACTION EN LIEN

NIGER : L’école continue !

Le Niger est un immense pays de plus d’un million de kilomètres carrés qui partage ses frontières avec l’Algérie, la Libye, le Tchad, mais aussi le Nigeria, le Mali, ou encore le Burkina Faso et le Bénin. Avec une majorité du territoire située dans des zones arides, ce pays est aujourd’hui à la …